Magazine des entrepreneurs

Richard Malka

Par

Né en 1968, Richard Malka est un avocat du Barreau de Paris. Il est de nationalité française, mais ses origines familiales sont au Maroc. À l’âge de 23ans, il a prêté serment au Barreau de Paris, après avoir obtenu de son diplôme d’études approfondies en droit des affaires à la faculté de Nanterre.
Puis il débute sa carrière professionnelle dans le cabinet de Maître Georges Kiejman, ténor de barreau parisien et avocat de François Mitterrand. Pendant les 7 années de travail auprès de Georges Kiejman, il a traité plusieurs missions sur la transparence et la liberté d’expressions. Il a pu rencontrer et représenter plusieurs entités et personnalités publiques telles que des journalistes, des agents de la presse ou des maisons d’édition. Richard Malka n’est pas seulement connu dans le monde juridique, il est aussi un scénariste de bandes dessinées. En liant passion, talent et travail, il n’a pas eu du mal à s’allier avec la presse. Il est chargé du dossier de Charlie Hebdo depuis 1992. Il réclame la marque « front national » au nom de ce journal hebdomadaire. Avec toutes ces expériences, il est devenu spécialiste en droit de la presse et installe son propre cabinet à Paris en 1999. Depuis, il a représenté et défendu des personnalités célèbres comme Anne Sinclair, Dominique Strauss Kahn, Jean-Michel Cohen, Bettencourt et tant d’autres. Étant toujours l’avocat de Charlie Hebdo, il le défend au procès de caricature de Mahomet en 2007. En 2010, d’après classification faite par GQ magazine, il est parmi les 30 personnes les plus puissantes et importantes des médias en France. En 2012, ce même magazine lui a attribué la quinzième place dans le classement des avocats les plus puissants,forts de France. Et deux ans après, c’est à dire en 2014, il aboutit à la douzième position.
Grâce a son caractère courageux, dynamique et laborieux Richard Malka a connu un grand succès dans sa carrière juridique. Son audace lui a propulsé au rang des grands avocats de France. Mais ses bandes dessinées politico-humoristiques et sa participation au film « C’est dur d’être aimé par des cons » ne sont pas inaperçues.

Retour Haut